DélégationBourgogne

Formation

« Aïcha et Léonard » : un tremplin pour les jeunes

« Aïcha et Léonard » : un tremplin pour les jeunes

publié en février 2018

Il y a quatorze ans, madame Léonard, qui avait travaillé durant toute sa vie à la DDASS (direction départementale des affaires sanitaires et sociales), a fait un don important au Secours Catholique de Saône-et-Loire, et a vu son nom associé à celui d’une jeune fille, modeste mais pugnace, et première à bénéficier d’allocations pour poursuivre ses études.

La délégation du Secours Catholique de Saône-et-Loire décida de faire un excellent usage de ce don en mettant à disposition, sous conditions, des allocations destinées à des jeunes désireux de réussir un parcours, mais contraints de renoncer faute de moyens. Ainsi est née la démarche « Aïcha et Léonard ».

Depuis, environ cent jeunes ont bénéficié d’une allocation de 2 000 euros par an pendant deux à trois ans en fonction du cycle d’études retenu, avec un taux de réussite de 90 %.

L’attribution est allouée après examen d’un dossier complet comprenant : le dossier d’accueil de l’équipe du Secours Catholique qui suit la famille, la lettre de motivation, le budget prévisionnel mensuel, le certificat de scolarité, les trois derniers bulletins de notes, l’accord de l’école choisie, l’engagement de la marraine ou du parrain. En parallèle, une rencontre avec le candidat ou la candidate a lieu, et des échanges commencent à s’instaurer.

La commission, constituée de quatre à cinq membres, statue sur le résultat positif ou non. Si son projet est retenu, le ou la bénéficiaire bénéficie d’un accompagnement grâce à des échanges réguliers et par l’envoi du règlement mensuel d’un dixième de l’allocation puis par l’examen du bulletin trimestriel. Certains jeunes nous contactent en cas de problèmes à résoudre, le soutien des équipes est précieux et peut déboucher sur un accompagnement global de la famille.

Les jeunes savent nous prouver leur reconnaissance par un petit mot ou l’annonce de leurs résultats ou réussites. Ainsi Florian nous a fait part, il y a peu de temps, de l’obtention d’un diplôme d’ingénieur et de son embauche, ce qui aurait été quasi impossible sans notre concours. Autre exemple : Nadège s’est empressée de nous avertir de l’obtention de son diplôme de secrétaire médicale.

Une nouvelle équipe a redonné un second souffle à la commission. Ainsi, comme le souligne notre « filleul africain », ancien bénéficiaire qui officie au CHU de Dijon après s’être enfui de sa terre natale en feu, « des jeunes peuvent espérer vivre décemment grâce à leur formation ». Nous avons, entre autres, en projet visant à constituer un annuaire des anciens élèves afin de créer un réseau et de faciliter l’insertion de notre quinzaine de protégés.

Si notre aventure vous intéresse, n’hésitez pas, rejoignez-nous !

Imprimer cette page

Faites un don en ligne