DélégationBourgogne

Délégation Bourgogne

ÉTAT DE LA PAUVRETÉ EN FRANCE EN 2018

Jeudi 8 novembre 2018

Chaque année la publication du rapport statistique du Secours Catholique-Caritas France fait date. C’est un document de référence attendu par les administrations, les élus, les chercheurs. Il donne l’actualité de la pauvreté avec des chiffres récents et significatifs puisqu’ils rendent compte de l’accueil de près de 1,4 million de personnes.

État de la pauvreté en France en 2018.

publié en novembre 2018

Le Secours Catholique-Caritas France publie, jeudi 8 novembre 2018, son rapport statistique annuel : « État de la pauvreté en France 2018 ». Constats et analyses sur la précarité issus de l’observation sur l’ensemble du territoire national de plus de 86 000 situations (sur les 1 363 000 personnes accueillies en 2017). Pour son rapport 2018, l’association a également mené une enquête auprès de plus de 3 000 sur le thème de la protection sociale.

>> Prendre connaissance du rapport statistique 2018

Présentation en vidéo du rapport statistique (4 min) :

Éditorial du jeudi 8 novembre 2018 sur RCF [1] de Véronique Fayet, présidente du Secours Catholique-Caritas France :

Le texte de l’intervention de Véronique Fayet, sur RCF le 8 novembre 2018 :

Les pauvres sont des familles en majorité – la moitié d’entre elles sont monoparentales – et donc beaucoup d’enfants : 640 000 enfants accueillis par le Secours Catholique et qui vivent dans des familles pauvres.
Des adultes qui peinent à retrouver un emploi : moins de 20 % sont au travail et 5 % seulement en CDI à temps plein, 40 % sont au chômage, chômage de longue durée pour la plupart et deux tiers ne perçoivent aucune indemnité.
Et puis il y a tous les « inactifs invisibles », tous les chômeurs découragés qui ne cherchent plus, les personnes à la rue, les étrangers qui n’ont pas le droit de travailler. Des seniors fragilisés après des parcours de vie chaotiques marqués par le chômage.
Cela fait partie des signaux faibles que nous détectons avant les statistiques officielles et qui doivent attirer l’attention des pouvoirs publics, notamment à l’heure où l’on débat des retraites. Des étrangers en situation de plus en plus précaire et donc plus nombreux à venir nous voir. Ils représentent 40 % des personnes accueillies et plus de la moitié d’entre eux sont sans papiers ou en attente de régularisation.

Les associations défendent l’idée d’un « triptyque vertueux » : un revenu décent, un accompagnement renforcé et l’accès à un emploi. La question de l’accompagnement social, avec si possible un référent unique, a été prise en compte dans la stratégie pauvreté du gouvernement et on espère des améliorations rapides. Des mesures pour améliorer l’accès à l’emploi et à une qualification professionnelle sont mises en place, espérons qu’elles toucheront les plus pauvres. En revanche pour le revenu on est loin du compte. Le revenu médian des personnes accueillies au Secours Catholique est de 540 € par mois, inférieur au RSA. C’est indigne, c’est un revenu qui permet juste de survivre. De plus un tiers des gens qui ont droit au RSA ne le demandent même plus ! Il faudrait a minima 850 € par personne et par mois, pour sortir la tête de l’eau et reprendre courage. Cet effort de la nation serait un investissement financier et humain très rentable à long terme.

Qu’en est-il en Bourgogne ?

>> Lire le communiqué de presse

Les essentiels de la Bourgogne que l’on retrouve dans l’analyse nationale :

  1. L’augmentation constante et pérenne des demandes d’aides du public des plus de 60 ans.
  2. En 2017, une augmentation de 10 % de la demande d’aides au logement, 2e poste après l’alimentation, pour régler des dettes de loyer, d’énergie, d’assurance et de mobilier (ressources insuffisantes).
  3. La santé reste notre 3e poste d’aides.
  4. L’augmentation très nette du montant moyen des aides financières, de 65 € en 2016 à 90 € en 2017.
  5. Enfin, le focus sur la protection sociale montre que la majorité des personnes sondées trouvent difficile de rassembler tous les documents constitutifs à leur dossier. Les personnes rencontrent par ailleurs de grandes difficultés à accéder au numérique. L’existence d’un interlocuteur unique faciliterait grandement l’accès aux droits.

Sylvain Couëdel, animateur régional à la délégation Bourgogne

>> Rapport statistique 2018 - Analyses en Bourgogne-Franche-Comté

[1] Radio chrétienne francophone.

Imprimer cette page

Document

Faites un don en ligne