DélégationBourgogne

Saône-et-Loire

Étang-sur-Arroux : visites à domicile

La délégation Bourgogne compte sur son territoire plusieurs équipes rurales, qui rencontrent des personnes en situation d’isolement ou ayant des problèmes de mobilité. Le Secours Catholique répond par la visite à domicile, qui favorise la relation et renforce les liens.

Visite aux personnes

L’équipe d’Étang-sur-Arroux existe depuis plus de vingt ans et agit sur le secteur paroissial de ce lieu qui regroupe seize clochers. Les bénévoles résident dans les différents villages, c’est pourquoi il n’y a pas de local. La question du local s’est posée avec les trois responsables qui se sont succédé depuis l’origine, et nous en sommes restés aux visites à domicile, estimant que la rencontre sur le lieu de vie offre un grand avantage, pour nous comme pour les personnes accueillies. Tous nous disent : « on est bien plus à l’aise chez nous que dans un bureau ».

Les assistantes sociales, les mairies, la paroisse ou des amis nous signalent une personne (ou famille) en difficulté en nous donnant un numéro de téléphone, nous décrivant succinctement la situation et nous précisent que nous sommes attendus.

La visite ne s’improvise pas ! Après avoir pris rendez-vous, nous y allons toujours à deux, généralement le responsable d’équipe et le ou la bénévole qui habite au plus près de la personne en demande, de façon à favoriser des rencontres par la suite pour un meilleur accompagnement. Pour le responsable d’équipe, c’est aussi une façon de connaître tous les accueillis.

Arrivés sur les lieux, la porte s’ouvre sans réticence, nous faisons connaissance (il y a souvent toute la maisonnée !) et, avec délicatesse nous en venons au motif de notre visite. Il n’est pas rare qu’un enfant, un coup de téléphone ou des pleurs viennent nous interrompre, cela nous fait un peu plus entrer dans la vie de la personne. En effet, dans ces « moments perdus » il se dit beaucoup de choses et l’atmosphère se détend. Un de nous deux prendra des notes pour remplir le dossier d’accueil et sélectionnera les papiers à photocopier.

La découverte de cette personne dans son milieu de vie est révélatrice : l’état de son logement, ses goûts, ses qualités, sa relation avec son entourage (ses enfants, son conjoint, les voisins…), et aussi ses fragilités.

La première visite peut facilement durer deux heures ou plus, nous en ressortons souvent « sonnés » par la grande écoute que cela nous demande, mais aussi par les questions qui se posent : Que peut-on faire pour aider ? Comment les personnes rencontrées vont-elles s’en sortir ?… Il s’ensuit une discussion entre nous deux, bénévoles, pour mieux cerner les difficultés et déterminer une façon d’agir, nous ne sommes pas sensibles aux mêmes « dires » et nous n’entendons pas les mêmes choses.

Comme le territoire rural n’est pas surpeuplé, nous n’avons pas à effectuer une visite à domicile tous les jours, ce qui nous permet de prendre du temps pour accueillir les personnes et cheminer ensemble.

Au fil des rencontres, il s’engage dans la confiance une relation avec une certaine amitié, des moments d’entraide entre accueillis ou dans les activités du Secours Catholique. On peut entendre : « j’aime bien rendre service » ou « aujourd’hui, c’est à mon tour d’aider ! »… Pour nous, après nous être débattus avec leur situation, face aux difficultés, c’est une joie de les voir « la tête hors de l’eau », confiants, toujours heureux de nous retrouver. Ils « retomberont » sans doute, mais ils oseront nous en parler, et nous les aiderons de nouveau. Loin d’être un échec, ces appels renouvelés sont le signe d’un vrai accompagnement ! Comme le disait une accueillie : « L’équipe du Secours Catholique, c’est ma deuxième famille ! »

Un exemple d’accompagnement

En 2010, une jeune femme nous avait été adressée par une personne accueillie pour des problèmes de couple. Loin de sa famille, elle n’avait pas tant besoin d’argent que d’écoute, de conseils, et de réconfort.
Le Secours Catholique, en lien avec l’assistante sociale, l’a aidée à y voir clair dans sa situation. Sa vie était menacée, il a fallu un jour la mettre en sécurité, puis lui trouver un hébergement provisoire en attendant que la justice se prononce pour aboutir au divorce… Cet accompagnement s’est étalé sur une bonne année, pendant laquelle nos relations se sont approfondies pour durer jusqu’à aujourd’hui : nous étions avec elle lorsqu’elle a dû trouver un logement, le meubler, faire face aussi à de nombreux coups durs dont la perte de son travail… Elle nous partage aussi ses joies… Nous l’accompagnons !
Cette jeune femme est un vrai rayon de soleil, toujours avec le sourire, elle est présente aux manifestations du Secours Catholique, nous donnant de sérieux coups de main sans que nous ayons à le lui demander. Elle se dit prête à aider à son tour. Elle est debout !

Marie-France Pougault
Bénévole de l’équipe d’Étang-sur-Arroux du Secours Catholique

>> À lire aussi, ce témoignage publié dans le Journal de Saône-et-Loire, édition du 13 janvier 2016 (accès abonnés) :
« Le Secours Catholique est ma seconde famille »

Imprimer cette page

Consulter le site national