DélégationBourgogne

Auxerre

Inondations dans l’Aude : témoignage d’un bénévole icaunais

Pont de Villegailhenc.

publié en janvier 2019

Qui n’a jamais voulu, à la suite d’une catastrophe, venir en aide à des personnes sinistrées ?

Au mois d’octobre 2018, dans la nuit du 14 au 15, une inondation importante venant de la Montagne Noire s’est produite dans le département de l’Aude, touchant les communes de Trèbes, Villegailhenc, Villemoustaussou, Aigues-Vives en faisant de nombreuses victimes. Le niveau de l’eau pouvant alors atteindre deux ou trois mètres de hauteur.

Après déclaration aux assurances et nettoyage des maisons par les sinistrés, le comité Urgences de l’Aude du Secours Catholique-Caritas France a lancé un appel à tous les bénévoles pour rencontrer toutes ces personnes, leur apporter un réconfort moral et si possible leur obtenir du matériel de première nécessité (cuisinière, réfrigérateur, machine à laver…).

C’est dans ce contexte que je me suis rendu dans ce département, et plus précisément à Carcassonne, où avec quinze bénévoles venus de départements voisins, de Saint-Malo et du Var, nous nous sommes rendus dans ces communes rencontrer la population encore sous le choc.

En binômes nous allions dans différents quartiers, en passant de maison en maison parler avec les gens. Dans les maisons vides, nous laissions des avis de passage avec un numéro de téléphone pour nous contacter. Certains nous ont rappelés en nous disant soit qu’ils se débrouillaient par eux-mêmes, soit qu’ils aimeraient nous rencontrer. En tout cas tous sentaient bien qu’ils n’étaient pas abandonnés et nous remerciaient de ce que nous faisions pour eux.

Dans un village comme Villegailhenc de 1 695 habitants, il y a eu 700 maisons détruites (la plupart du XVIIIe siècle) et d’autres malheureusement qui vont l’être prochainement. Et malheureusement le village a déploré la mort de deux personnes.

Toute cette belle équipe de bénévoles a travaillé dans des conditions difficiles dues à un vent glacial tous les jours. Midi et soir nous nous retrouvions tous ensemble pour manger, se réchauffer et faire le point avec les différents binômes.

La veille de mon départ pour retourner à Auxerre, j’ai pris le temps de me promener dans la Cité de Carcassonne pour apprécier son architecture.

Je ne suis pas venu pour rien dans ce département sinistré. Il y a une grosse différence entre les images qu’on voit à la télévision et ce que l’on vit sur le terrain où on est en contact direct avec les gens, où les échanges se font avec beaucoup d’émotion et où nous apportons notre petite pierre à cette chaîne de solidarité.

Je suis reparti de Carcassonne gonflé à bloc, j’ai essayé de mettre en pratique cette parole du Christ : « Tout ce que vous aurez fait aux plus petits d’entre les miens, c’est à moi que vous l’aurez fait. »

Je souhaiterais que de nombreux bénévoles se sentent interpellés quand il se passe de tels événements et qu’ils se disent : « Et moi, pourquoi n’irais-je pas aider mon prochain ? »

Quand on retourne chez soi, on n’est plus le même !

Emmanuel
Bénévole au Café sourire de Monéteau

Imprimer cette page

Portfolio