DélégationBourgogne

Animation spirituelle

« Les Apôtres fixaient le ciel ! »

"Se consoler trop vite de la disparition de quelqu’un en évoquant des motifs de foi, « regarder vers le ciel » n’est qu’apparence de salut." Dominique Galmiche, aumônier de Saône-et-Loire nous livre sa réflexion autour du confinement et de l’Ascension.

Jour de l'Ascension, vitrail d'église

publié en mai 2020

"Celui qu’ils avaient retrouvé depuis plusieurs semaines vient à nouveau de disparaître. Pour les disciples, quel bouleversement !

Nous l’imaginons volontiers tellement il est le nôtre quand survient l’absence de quelqu’un de cher, momentanément ou par la mort. Pendant cette longue période de confinement nous avons particulièrement ressenti l’absence de nos proches.

Cette blessure de l’absence, comment la vivre ?

Comment l’événement de l’Ascension éclaire-t-il cette situation autre et difficile ?

« Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? »

Se consoler trop vite de la disparition de quelqu’un en évoquant des motifs de foi, « regarder vers le ciel » n’est qu’apparence de salut. Au jour de l’Ascension, les apôtres sont renvoyés à eux-mêmes. Une réalité nouvelle s’impose : la non-vision de Jésus. Une autre vie commence sans la proximité physique de leur ami. Les voici amenés à vivre un passage, le passage douloureux de sa présence à côté d’eux à son absence.

Et l’ange de l’Ascension de dire : « n’échappez pas à cette absence ; ne gommez pas cette distance en regardant le ciel ; prenez en compte ce sentiment douloureux ; acceptez le passage de la vision à la disparition ».

C’est alors, mais alors seulement, qu’intervient un deuxième élément de réflexion donné par l’événement de l’Ascension : l’absence contraint à entrer dans la profondeur des choses. Le choc de la solitude oblige à avoir un autre regard. Les apôtres s’étaient habitués à voir Jésus, à l’entendre, à lui parler. Ils connaissaient ses réactions et ses comportements. Sa disparition les contraints à entrer dans son mystère. Pendant trois ans, ils étaient à ses côtés, à présent ils le découvrent vivant en eux, les animant de sa pensée, de sa parole, de sa tendresse. Et cette présence sera si forte qu’au jour de Pentecôte, rien ne pourra les empêcher de proclamer :

« Celui que vous avez tué, Jésus de Nazareth, Il est vivant, ressuscité ! »

Combien font cette expérience ! Il faut la disparition de quelqu’un, ou son absence prolongée, pour qu’apparaisse son véritable visage, pour que les liens entre gens qui s’aiment se manifestent inaltérables désormais, pour que la proximité se dise au fond du cœur de chacun.

Le ciel qu’évoque l’Ascension est le dévoilement de la terre. Il est fait de cette histoire bouillonnante de nos vies au cours de laquelle se tissent des liens en profondeur au-delà des apparences, une histoire affectée inévitablement d’absences dans lesquelles mûrit l’amour ; une histoire habitée par Celui qui a dit : « je serai avec vous tous les jours »  ; une histoire au cours de laquelle Dieu construit en nous sa demeure éternelle ; une histoire dont le film ne se termine jamais par le mot fin selon la promesse de Jésus :

« Je vais vous préparer une place ; là où je serai vous serez vous aussi. »"

Dominique Galmiche, aumônier comité de Saône-et-Loire Secours catholique Bourgogne


Le Secours catholique en Bourgogne se mobilise pour aider les plus démunis, retrouvez les coordonnées des relais de solidarité par département :

PNG - 7.6 ko

- Côte d’Or
- Nièvre
- Saône-et-Loire
- Yonne


Je participe à l’appel aux dons du Secours Catholique en cliquant sur l’image ci-dessous.

PNG - 326 ko
Appel à don du Secours Catholique
Appel à don par le Secours Catholique

Imprimer cette page

Faites un don en ligne