DélégationBourgogne

Délégation Bourgogne

Projet de loi asile et immigration : rencontre des députés en Bourgogne

Rencontre à Chalon-sur-Saône avec des députés en Bourgogne.

publié en juillet 2018

Le 17 janvier 2018, dans une lettre ouverte, le Secours Catholique-Caritas France faisait part à tous les députés de ses vives inquiétudes au sujet du projet de loi asile et immigration :
- respect des droits fondamentaux en régression ;
- silence du projet quant à la situation concrète dramatique de dizaines de milliers de personnes et de familles laissées sans droits ni perspectives sur le territoire français.
Le Secours Catholique invitait aussi les députés à venir dialoguer avec des personnes migrantes, demandeuses d’asile ou déboutées, pour appréhender concrètement les réalités vécues et la précarité dans laquelle elles sont enfermées du fait de la réglementation actuelle.

En Bourgogne, voici les députés qui sont venus dialoguer avec nos équipes et avec des personnes migrantes :
- Pour la Côte-d’Or : Mme Khattabi et M. Delatte à Paris, M. Martin à Dijon.
- Pour la Saône-et-Loire : Mme Corneloup, Mme Untermaier et M. Rebeyrotte.
- Pour la Nièvre : Mme Goulet et M. Perrot.
- Pour l’Yonne : Mme Crouzet.

Des rencontres d’une grande qualité d’écoute, riches d’enseignements pour ces élus dont beaucoup de nouveaux ignoraient les parcours et obstacles légaux ou administratifs qui bloquent et fragilisent des dizaines de milliers de personnes laissées dans une très grande précarité. Certains ont demandé de nouvelles rencontres et se sont engagés à déposer des amendements. Notre action a sans nul doute permis à plusieurs députés de « changer de regard », et nous avons espoir que ces derniers fassent œuvre de pragmatisme en ayant le souci de répondre concrètement à ces réalités rencontrées.

En attendant, encore un grand merci à tous pour votre mobilisation !

Le Secours Catholique attend en particulier qu’une mesure soit adoptée afin de permettre à des milliers de familles de poursuivre légalement leur intégration dans notre société et de sortir ainsi de la marginalité sociale, et qu’une révision majeure soit apportée sans tarder aux conditions d’application par la France du règlement Dublin dont les conséquences désastreuses sont connues de tous.

Catherine Ranc
Déléguée du Secours Catholique pour la Bourgogne

Imprimer cette page

Portfolio