DélégationBourgogne

« Les apartés du Secours Catholique »

Réunion préparatoire en Nièvre du voyage vers l’Espérance à Lourdes

Émission diffusée le 19 mars 2019 sur RCF Nièvre

Église de Saint-Benin-d'Azy.

Retrouvez l’émission « Les apartés du Secours Catholique » diffusée sur l’antenne de RCF [1] Nièvre, le mardi 19 mars 2019 à 19 h 12 (9 min 10 s) :

Yannick Desvignes, chargé de communication au comité de la Nièvre du Secours Catholique Bourgogne, nous fait vivre la réunion préparatoire en Nièvre du voyage de l’Espérance à Lourdes, qui aura lieu du 8 au 13 juillet 2019.

Cette réunion préparatoire s’est tenue à Saint-Benin-d’Azy le samedi 9 mars 2019.

Le thème du voyage de l’Espérance, « Vivre ailleurs la fraternité vécue au sein de nos équipes », est évoqué au travers du conte « Les animaux qui voulaient vivre ensemble ».

La prochaine réunion aura lieu le 27 avril 2019 à 10 h à Saint-Benin-d’Azy.

Coordonnées du comité de la Nièvre du Secours Catholique Bourgogne
21, rue Gustave-Mathieu
58000 Nevers
Téléphone : 03 86 71 98 40
Courriel

Le texte du conte : « Les animaux qui voulaient vivre ensemble »

Il y a bien longtemps, au plus profond d’une immense forêt, un cerf, un sanglier, un renard, un serpent et une belette se retrouvèrent au pied d’un grand chêne, tous de bien mauvaise humeur. En effet, chacun s’était disputé avec sa famille et aucun ne voulait plus vivre avec elle.

« Pourquoi n’habiterions-nous pas ensemble, suggéra le cerf. Nous sommes ici pour les mêmes raisons ! » Les autres approuvèrent avec enthousiasme.

Toutefois, pour une meilleure entente, il fut décidé, entre eux, que chacun devrait au préalable expliquer ce qu’il n’aimait absolument pas et ce sur quoi il ne ferait aucun compromis.

Le renard pris la parole et dit :
– Moi, je ne supporte pas que l’on me fixe dans les yeux.
Le cerf surenchérit disant :
– Moi, je n’aime pas que quelqu’un montre sa force devant moi.
Le sanglier, à son tour, dit :
– Moi, je n’aime pas que l’on me dérange pendant que je me repose.
Le serpent dit :
– Moi, je n’aime pas que l’on me marche sur la queue.
La belette, enfin, dit :
– Moi, rien ne me gêne, tout est permis.

Et disant cela, toute souriante et fière de sa grande sociabilité, elle regarda le renard droit dans les yeux. Celui-ci, ni une ni deux, se jeta alors sur elle et lui brisa la nuque d’un coup de mâchoire. « Je t’avais pourtant prévenue ! »
Voyant cela, le cerf, furieux, pensa que le renard voulait lui montrer sa force. À son tour, il se jeta sur lui et l’embrocha sur ses bois. « Moi aussi. »
Mais, dans le combat, porté par son élan, il tomba sur le sanglier qui se reposait. Celui-ci, alors énervé et incapable de se contrôler plus longtemps, éventra le cerf d’un coup de défense bien placé.
Dans le feu de l’affrontement, le sanglier marcha lourdement sur la queue du serpent, qui, avant de mourir écrasé, eut juste le temps de le mordre. Le sanglier alors succomba à son tour un peu plus tard.

Il ne resta plus personne des animaux qui voulaient vivre ensemble sans compromis et sans rien changer en eux…

[1] Radio chrétienne francophone.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne